La finance solidaire

Quels impacts pour la société ?

La finance solidaire, une réponse fiable et concrète
pour financer les défis majeurs d'aujourd’hui…

Infographie : la finance solidaire en 2015

Face aux besoins sociaux et environnementaux qui explosent en France (chômage, pauvreté, transition écologique…), la finance solidaire est une réponse concrète et décisive.

Avec 9,76 milliards d’euros d’encours en 2016 et plus d’un million de souscripteurs, l’épargne solidaire n’est plus une finance de niche.

En 2016, le flux de financement solidaire s’élevait à 280,3 millions d’euros. Une partie de ce flux a permis d’accompagner des personnes en situation de fragilité sociale et physique avec pour effet immédiat la création ou consolidation de 49 000 emplois.

Hausse des loyers, accès à la propriété de plus en plus difficile, manque croissant de logements sociaux…, là aussi la finance solidaire a su prouver qu’il était possible d’aider les personnes en difficulté à trouver un logement. En 2016, ce sont 5 500 personnes qui ont pu être logées ou relogées dans des habitats décents.

Une partie du financement solidaire a également été investie dans des activités écologiques (agriculture biologique et énergies renouvelables) permettant, notamment, de produire l’équivalent de la consommation d’énergie de 20 000 ménages en France.

En 2016, ce sont également plus de 100 acteurs du développement qui ont bénéficié de soutien à l’entrepreneuriat dans les pays en développement.

Autant dire donc que cette autre finance a un sens. Et le million d’épargnants l’a bien compris !

 

Chiffres issus des recherches de l’Observatoire de la finance solidaire

…et de demain

La finance solidaire s’inscrit pleinement dans une prise de conscience citoyenne. Partout en France et dans le monde, les citoyens aspirent de plus en plus fortement à être acteurs du changement social, à réinventer les manières de s’engager, d’échanger, de se nourrir, de se déplacer… La finance n’échappe pas à ce mouvement. S’affirme ainsi la figure du citoyen acteur du financement ET conscient des enjeux auxquels il apporte son soutien.

Du côté des entrepreneurs, les besoins en financements solidaires restent très importants :

  • pour changer d’échelle de l’économie sociale et solidaire,
  • pour permettre à la nouvelle génération d’entrepreneurs sociaux de créer des entreprises qui ont du sens.

 

Malgré une progression continue de 15% par an et la mobilisation de tous ses acteurs depuis 30 ans pour lui donner de la visibilité, l’épargne solidaire demeure encore marginale puisqu’elle ne constitue que 0,20% du patrimoine financier des Français. Les acteurs de la finance solidaire se sont fixés l’objectif ambitieux, qu’à l’horizon 2025, 1% au moins de ce patrimoine soit investi dans des produits d’épargne solidaire. Et cette ambition n’a rien d’irréalisable à long terme, pourvu que les pouvoirs publics l’aide à changer d’échelle.
C’est à cette fin que Finansol et les acteurs de la finance solidaire, à l’issue d’une large concertation, formulent dans un livre blanc 10 propositions à destination des pouvoirs publics :

  • Proposition 1 | Rendre obligatoire la présentation d’un contrat d’assurance-vie solidaire dans la gamme de tout assureur-vie.
  • Proposition 2 | Proposer une offre d’épargne réglementée solidaire.
  • Proposition 3 | Rendre l’épargne salariale solidaire plus attractive.
  • Proposition 4 | Soutenir le développement de l’actionnariat solidaire.
  • Proposition 5 | Rendre les titres des entreprises de l’économie sociale et solidaire éligibles aux plateformes de financement participatif (proposition soutenue par Financement Participatif France).
  • Proposition 6 | Permettre aux caisses de retraite, aux assureurs, aux fondations et aux fonds de dotation de financer les entreprises solidaires (proposition soutenue par le Centre Français des Fonds et Fondations et le RAIR).
  • Proposition 7 | Renforcer la garantie « fond propres » de Bpifrance.
  • Proposition 8 | Reconnaître la spécificité de l’investissement et du financement solidaires à travers la formalisation par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) d’une doctrine adaptée.
  • Proposition 9 | Clarifier l’attribution de l’agrément « entreprise solidaire d’utilité sociale » tout en maintenant son exigence (proposition soutenue par le MOUVES).
  • Proposition 10 | Agir pour une reconnaissance européenne des investisseurs et des entreprises solidaires.

 

> Pour en savoir plus, lire le livre blanc (20 pages) <

 

Si vous aussi, vous souhaitez vous mobiliser pour une autre finance, celle qui crée des emplois, du logement,
des activités respectueuses de l’environnement, celle qui favorise l’entrepreneuriat dans les pays du Sud,
devenez épargnant solidaire !

La finance solidaire