Le projet

Etes-vous déjà entré dans une Zone Libre d’art et de culture ? Grâce à la finance solidaire, l’association Pick Up Production a pu développer un espace de rencontre culturel et participatif à côté de Nantes, qui permet de se questionner sur la ville de demain : « Transfert ».

 

Pick Up Production : l’OPsession du hip-hop

Association culturelle créée en 1999 à Nantes, Pick Up Production avait initialement pour cœur d’activité, la valorisation de la culture hip hop et ses différentes formes d’expression : rap, DJing, danse, graffiti, human beatbox…
Aujourd’hui, Pick Up Production va plus loin et défend la culture accessible à tous au sens plus large. Ses projets associent des artistes locaux et étrangers, figures reconnues et talents émergents, avec une attention particulière pour les propositions originales et novatrices. Son expertise et son implication dans les réseaux régionaux et nationaux en font l’un des acteurs majeurs de la culture hip hop en France.
Pour cela, elle organise chaque année le festival HIP OPSESSION, propose des concerts, des spectacles, des expositions et conduit une politique d’action culturelle à Nantes et dans son agglomération. Elle produit également les spectacles de la compagnie « Turn Off The Light », pilote le dispositif « Plan Graff » ou encore le « Buzz Booster » pour les Pays de la Loire.
Depuis 2018, l’association gère une zone de 15 hectares appelée ‘Transfert’, sur le site des anciens abattoirs de la ville de Nantes.
 

Transfert : programmation artistique, jeux, bars, restaurants et ateliers pour tous

Financeur(s) solidaire(s) : Crédit Coopératif, France Active

Accessible à tous, l’espace « Transfert » a été ouvert à Nantes, sur une ancienne friche urbaine, dans le but de contribuer à la mixité sociale et culturelle. Développé de manière participative et dans une logique d’écoconstruction, il mobilise les acteurs locaux et les habitants sur la vie du quartier et sur la « ville de demain ».
Le lieu accueille des propositions artistiques de grande ampleur et issues d’horizons très variés mais également des jeux, des bars et des restaurants. Le but : soutenir la création artistique mais également offrir un laboratoire d’expérimentations et d’innovations au cœur de la ville sur des thématiques diverses telles que la construction, l’aménagement du territoire, l’innovation, l’environnement, l’écologie… Et créer un lieu de rencontre entre les habitants, les personnes de passage et les acteurs de l’économie locale.
En résumé, Transfert est un lieu multi-facettes : il permet de réinventer l’environnement urbain et d’imaginer la ville de demain, s’ouvre à la participation (mixité humaine, sociale, générationnelle et culturelle, accessibilité́ pour tous) et propose de nouvelles expériences.
 

Résultats ?

Véritable succès, le site a accueilli 170 000 personnes en 2018 en seulement deux mois (du 1er juillet au 31 août).
En 2019, les chiffres partent à la hausse :
> 4 mois d’ouverture
> 3 hectares de lieu de vie
> 50% de programmation locale / 50% de programmation nationale et internationale
> plus de 45 collectifs et artistes programmés
> plus de 70 ateliers prévus
> 100 acteurs impliqués
 
 

Et ce n’est pas tout !

L’édition 2019 est marquée par l’ouverture d’un laboratoire qui questionne les manières de faire. C’est un laboratoire indiscipliné puisqu’il n’est pas rattaché à un centre de recherche, et interdisciplinaire : il dépasse le champ artistique en mêlant l’urbanisme, ou encore la sociologie. De l’action à la recherche, Transfert est un objet source pour s’interroger sur la place des artistes et de la culture dans la fabrique de la ville. Il sera également un outil de collaborations extérieures – avec notamment l’Université, des chercheurs, des étudiants, des partenariats extérieurs avec des paysagistes, des urbanistes, des acteurs culturels … Le public est également destinataire et acteur de ces axes de réflexion et de l’expérimentation avec « les Idées fraîches », qui est un temps de concertation collectif.
 

« Le financement solidaire correspond fondamentalement aux valeurs portées par l’association. Concrètement, le premier financement du Fondes a permis de lever un prêt d’un montant équivalent auprès du Crédit Agricole. Ces deux prêts ont permis à Pick Up Production de pouvoir faire face à de réguliers différentiels de trésorerie. Ces écarts sont liés à un décalage entre le rythme des dépenses de l’association et le calendrier auquel les subventions accordées à l’association sont versées, ou encore au décalage entre la date où l’association engage des dépenses pour la réalisation d’un projet et la date à laquelle elle reçoit les « retombées » de ce projet (notamment la billetterie). » Sandra Landat, Administratrice

 

Pick Up Production est nommé aux Grands Prix de la finance solidaire 2019, catégorie « Coup de cœur du public – Territoires » aux côtés de :

 
En savoir plus :

 
 

Détails

Thématique:Innovation sociétale
Localisation:Nantes (44)
Année:1999
Lien :Visitez