Le projet

Comment redonner confiance et valoriser un jeune en situation de décrochage scolaire ? Comment l’inciter à se réinsérer dans une vie sociale et professionnelle épanouie ? C’est tout l’objectif de l’Envol, une association qui a bénéficié du soutien de la finance solidaire, et qui utilise l’art et la culture pour lutter contre l’échec scolaire.

 

Le décrochage scolaire reste une réalité en France

En France, nombreux sont ceux qui abandonnent prématurément les bancs de l’école, sans qualification, ni diplôme. Il y aurait ainsi 98 000 jeunes entre 18 et 24 ans qui sortent chaque année de formation initiale sans diplôme (Enquête Deep, novembre 2016).
Or, considérant que le coût d’un décrochage scolaire est évalué à 230 000 euros, c’est, pour l’Etat, une dette annuelle de près de 30 milliards d’euros.

Parmi ces 98 000 jeunes, plus de 20 000 seraient originaires des Hauts-de-France. Lorsque l’on sait que 50% des non diplômés sont au chômage trois ans après leur déscolarisation, cela ne laisse pas présager un bel avenir pour la région, dont le taux de chômage est déjà supérieur à la moyenne nationale (11,5% pour une moyenne nationale de 8,5% au 1er trimestre 2018*).

 

L’Envol, une approche innovante contre le décrochage scolaire

Fondé en 2015 à Arras (62), l’Envol anime un dispositif d’inclusion sociale et professionnelle par l’art, en direction de jeunes décrochés scolaires ou jeunes adultes en situation d’échec et d’exclusion : la « Classe Départ ».

Grâce au soutien financier de France Active, l’Envol peut accueillir une quinzaine de jeunes de 16 à 30 ans, issus majoritairement de quartiers prioritaires, en situation d’exclusion et d’isolement. Ils bénéficient d’un parcours de formation d’une durée de 7 mois, à raison de 24 heures semaines.

Le parcours conjugue des pratiques artistiques et culturelles, une formation citoyenne aux valeurs républicaines, des enseignements théoriques et pratiques ainsi que des immersions et des rencontres avec le milieu professionnel. Le projet mobilise les arts et la culture pour redonner à ces publics le plaisir d’apprendre, de penser, de s’interroger et de retrouver le chemin de l’inclusion sociale et professionnelle tout en développant leur citoyenneté. L’art devient un vecteur d’émancipation et de construction d’un projet professionnel, voire d’un projet de vie.

Au terme de chaque promotion, une restitution a lieu sous forme d’une représentation théâtrale accueillie dans un équipement culturel reconnu.

 

Résultats ?

Fin 2017 :
• 2 Classe Départ
• 31 jeunes recrutés
• En moyenne, 84% de sortie positive

 
Et ce n’est pas tout : l’Envol aimerait ouvrir une antenne sur le territoire de Béthune-Bruay (62), en plus du siège d’Arras. L’idée étant de continuer à essaimer sur tout le territoire de la région Hauts-de-France.

 
L’Envol, ou comment mener une politique de lutte contre l’échec scolaire grâce à l’art et à la culture.
 
 
L’Envol est lauréat des Grands Prix de la finance solidaire 2018, catégorie « Coup de cœur du public » :

 
 
———————————————-
*Source : statistiques Insee – https://www.insee.fr/fr/statistiques/2012804#tableau-TCRD_025_tab1_regions2016
 

Détails

Thématique:Lutte contre les exclusions
Localisation:Arras (62)
Année:2015
Lien :Visitez