Le projet

La finance solidaire permet de financer des projets de lutte contre les exclusions. Ainsi, lorsque l’association La Cloche s’est rendue compte que de nombreux citoyens étaient prêts à agir pour rompre l’isolement des personnes sans-domicile, il était évident que la finance solidaire puisse participer au développement du projet. Zoom sur La Cloche.

 

Les personnes sans domicile, de plus en plus nombreuses en France

Le nombre de personnes sans-domicile en France a augmenté de 84% en Ile de France entre 2001 et 2012, et de 11% en province (Source: Enquête INSEE Sans domicile – APUR 2012).

Leurs préoccupations principales sont : se loger, se nourrir et garder une bonne image de soi. La recherche de réconfort, autant physique et moral, est énoncée comme besoin par 79% des personnes sans-domicile. Ce résultat traduit l’isolement très fort dont elles souffrent. Or, l’une des difficultés principales rencontrée est le regard et l’attitude de rejet de la part des passants ou des commerçants : 83 % d’entre eux l’ont ressentie.

 

La Cloche : pour changer le regard sur le monde de la rue et créer une société plus inclusive

Financeur(s) solidaire(s) : France Active

C’est suite à une étude menée en 2014 par La Cloche que les équipes de l’association ont noté qu’un certain nombre de commerçants et riverains agissaient ou étaient prêts à agir pour améliorer le quotidien des personnes fragilisées et vivant à la rue. Pour autant, ces actions (dons, échanges éphémères, cafés suspendus…) restaient assez informelles et peu organisées. L’information n’arrivait que rarement aux bénéficiaires qui ne savaient pas toujours à quelle porte frapper.

A partir de ce constat, l’équipe a décidé de lancer Le Carillon en 2015 à Paris, pour fédérer les actions des citoyens déjà engagés et, surtout, proposer un modèle clef en main à ceux qui ne savent pas comment agir.

Grâce au soutien de la finance solidaire, via le financement de France Active, ce réseau solidaire de proximité entre commerçants, habitants et personnes sans domicile, a pu développer diverses activités :
– Les Clochettes : projet qui fait la médiation entre habitants impliqués dans une initiative urbaine, de type jardin partagé, et les personnes sans domicile du quartier.
– La Cloche à Biscuits : biscuiterie proposant une activité professionnelle adaptée aux personnes sans domicile grâce à un temps de travail progressif et un accompagnement personnalisé dans le cadre du Dispositif Premières Heures, dispositif mis en place par la Mairie de Paris. Des ateliers de mobilisation des personnes sans-domicile par le biais de la cuisine ont aussi été initiés à Lille.
– Les chorales « Au clair de la Rue » à Paris et à Nantes.
– Une gazette papier, entièrement rédigée par des personnes sans-domicile, éditée une fois par trimestre.
– Des ateliers radio : après avoir été formés par une association partenaire, des personnes sans-domicile animent une fois par mois la « Radio Bitume ».

 

Résultats ?

En moins de 3 ans d’existence, le réseau s’est développé à Paris, Lille, Nantes, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Lyon et Strasbourg :
> plus de 900 commerçants solidaires
> plus de 53 000 services rendus
> 100 000 personnes sensibilisées au réseau
> 229 événements solidaires (100 à 150 personnes en moyenne)
> environ 4000 bénéficiaires directs à fin 2018

Au-delà des services rendus et des événements organisés ce sont surtout des centaines de rencontres qui se sont faites, des mentalités qui ont commencé à évoluer et des personnes sans-domicile qui ont fait un premier pas vers la réinsertion dans la société.

 

Et ce n’est pas tout !

L’association réalise d’autres activités de manière transversale : formations à destination du grand public dans les écoles, les lieux publics, les entreprises, sensibilisations du grand public… Toutes ces activités ont pour objectif de recréer du lien social entre les personnes avec et sans domicile et de changer le regard sur le monde de la rue.

 
« Chacun d’entre nous peut, par des petits gestes, œuvrer pour le bien de Tous »
 

« La finance solidaire permet que l’humain soit au cœur de notre projet et non pas la recherche de profit. En effet, la mesure de la réussite du projet en fonction d’indicateurs d’impact social permet de centrer le développement du projet sur les bénéfices en termes humains. La finance solidaire permet également aux financeurs d’avoir réellement conscience de leur implication et de voir quel impact leur aide a eu. Cette idée est complètement en cohérence avec les valeurs de la Cloche qui visent à ce que toutes les parties prenantes du projet soit intégrées, investies et moteurs.
De cette cohérence de valeurs naît aussi une confiance mutuelle quant au démarrage d’un projet solidaire.
» Claire Estienne, Office Manager

 
 

 
 
La Cloche est nommée aux Grands Prix de la finance solidaire 2019, catégorie « Lutte contre les exclusions », aux côtés de :

 
 

Détails

Thématique:Lutte contre les exclusions
Localisation:Paris (75)
Année:2014
Lien :Visitez