Le projet

Saviez-vous que le Niger était un pays producteur de riz ? Auto-suffisant dans les années 70, le pays n’arrive aujourd’hui à satisfaire que 20 à 30% de sa consommation. C’est pour soutenir les producteurs et améliorer leurs conditions d’approvisionnement, de production et de commercialisation que s’est créée à Niamey la FUCOPRI – Fédération des Unions des Coopératives de Producteurs de Riz.

 

Au Niger, une situation difficile pour les agriculteurs

Le Niger connait une situation de crise quasi-permanente : instabilité politique et institutionnelle chronique, menaces terroristes, chocs climatiques, insécurité alimentaire et nutritionnelle… Ainsi, malgré la priorité donnée par l’Etat au secteur agricole, les paysans ont de grandes difficultés à obtenir une place sur le marché mondial.

Le riz représente 2,3% des céréales produites annuellement au Niger. Bien qu’ayant un rôle assez réduit dans la consommation en céréales, sa consommation augmente, notamment en milieu urbain. Il est en effet plus rapide à préparer et les urbains jouissent d’un revenu moyen plus élevé qu’en milieu rural. L’urbanisation croissante de la population accroît alors fortement sa demande.
 

La FUCOPRI : le soutien d’une agriculture familiale, durable, productive et compétitive

Organisation paysanne du Niger, la FUCOPRI est une fédération d’unions de producteurs et étuveuses créée en 2001 qui, grâce à la finance solidaire, a été soutenue par la SIDI. Elle a pour activité principale la vente du paddy (riz non décortiqué) aux acheteurs institutionnels (OPVN – Office des Produits Vivriers du Niger, RINI – Société du Riz du Niger). Cela permet aux coopératives membres de la FUCOPRI d’avoir des débouchés assurés et de bénéficier de prix négociés. Le riz n’est pas la seule production de la fédération. Il s’agit cependant de la plus génératrice de revenus.

La FUCOPRI met également en place un système d’approvisionnement groupé pour l’achat d’intrants (essentiellement des engrais), avec, là encore, des conditions tarifaires améliorées.

Grâce à la diversification des débouchés pour le riz de ses membres, elle vise une meilleure valorisation ainsi qu’une plus grande reconnaissance du riz nigérien auprès des consommateurs.
Toutes ces actions permettent ainsi à la FUCOPRI de soutenir une agriculture familiale garantissant la sécurité alimentaire, l’accès au foncier et la génération d’un revenu supplémentaire pour satisfaire les autres besoins vitaux.

 
Résultats ? La FUCOPRI regroupe 15 unions, dont 9 unions de coopératives de producteurs de riz, 2 unions hors périmètres irrigués et 4 unions départementales de femmes étuveuses de riz. Elle fédère en tout 37 coopératives ainsi que 26 groupements féminins, totalisant environ 29 300 membres dont 1 400 femmes étuveuses.
 
Et ce n’est pas tout ! LA FUCOPRI espère pouvoir étendre les surfaces cultivées et élargir l’offre de riz auprès du grand public (notamment via les marchés locaux), des commerçants du Niger et au Nigéria. Dans cette optique, la FUCOPRI entend assurer des actions de concertation et de plaidoyer en faveur du riz local pour mieux travailler avec les acteurs de l’aval de la chaîne et de parvenir à une plus grande autosuffisance en riz.
 
 

Détails

Thématique:Entrepreneuriat dans les pays en développement
Localisation:Niamey (Niger)
Année:2001
Lien :Visitez