Le projet

Comment trouver du travail lorsque l’on est une jeune fille mère au Cameroun ? C’est tout l’enjeu de FRUITSCAM. L’entreprise transforme, conserve et commercialise des fruits et légumes depuis 2012, tout en favorisant l’emploi salarié de ces jeunes femmes souvent exclues de la société.

 

Au Cameroun, les femmes et « jeunes filles mère » sont souvent dans une situation précaire

Le chômage est élevé en Afrique. Il l’est d’autant plus pour les femmes, et notamment pour les « jeunes filles mère ». En situation précaire, ces jeunes filles dont l’âge varie entre 14 et 25 ans conçoivent généralement très tôt et sont le plus souvent sujette du rejet de l’auteur de la grossesse, des parents ainsi que du reste de la société. Elles deviennent alors seules responsables de leur devenir et de celui du futur né. Ce rejet est la cause très fréquente d’avortements clandestins, de décès, d’accouchements non préparés et de la non-reprise du cursus scolaire.
 

Le marché des jus de fruits naturels en pleine expansion

Parallèlement, les statistiques officielles au Cameroun sur l’exploitation des fruits ont démontré qu’un tiers de la production fruitière se détériore après la production à cause de l’acheminement difficile (manque d’infrastructures routières adaptées), de l’inexistence au Cameroun de structures de conservation et transformation à grande échelle et de la saisonnalité des fruits.
Or, le marché des jus de fruits naturels est un marché qui est en pleine expansion dans le monde, en particulier au Cameroun. Ces jus sont de plus en plus consommés pour leurs qualités gustatives, nutritionnelles et médicales. Ainsi, sur six principaux producteurs existant au Cameroun, moins de 4 sont spécialisés dans la transformation de fruits 100% bio.

 

FRUITSCAM : la production de jus de fruits naturels de qualité… et solidaires

Parmi ces producteurs, il y a FRUITSCAM. Grâce à la finance solidaire, FADEV et Garrigue ont pu soutenir cette entreprise agroalimentaire semi-industrielle qui produit depuis 2012 des jus de fruits naturels et des sirops à partir de fruits frais, racines et pétales de fleurs locaux, sans additifs. FRUITSCAM commercialise ses produits au Cameroun sous la marque BIODRINK et conditionne ses jus et sirops dans des bouteilles en verre recyclables.

L’activité de FRUITSCAM permet de faire vivre de nombreux producteurs du pays, et participe à la création d’emploi et à la formation des jeunes. La particularité de la structure est que 80% des emplois proposés sont occupés par des femmes, majoritairement des jeunes filles mères en situation précaire. Une volonté de la part de la Directrice Générale qui souhaite ainsi contribuer à l’amélioration de la condition de la jeune fille mère dans le pays. Recruter ces jeunes filles est ainsi synonyme d’un début de solution grâce à l’accès à un salaire régulier, à la sécurité sociale, à l’acquisition d’un logement minimum et à la participation à un groupe de paroles.

 
Résultats ? En 2017, 40 femmes ont été formées au sein de FRUITSCAM, dont 30 qui y travaillent toujours à temps plein. Les produits BIODRINK ont également une portée nationale et sont distribués dans tout le pays, avec une prédominance dans les villes de Yaoundé et Douala (hôtels, restaurants, points de vente spécialisés, grandes surfaces…).
 
Et ce n’est pas tout ! En effet, FRUITSCAM a aussi un impact environnemental. Les déchets rejetés par la société sont uniquement des peaux de fruits frais (ananas, goyave, passion, corossol…), recyclés et utilisés par les éleveurs et agriculteurs locaux. Il est également en projet de transformer l’ensemble de ces biodéchets en compost ou biogaz, de transformer les peaux d’ananas en limonade et/ou en alcool et de développer davantage le marché des sirops et confitures pour apporter de la valeur aux peaux de fruits et tourteaux actuellement non valorisés.

 
Des fruits sains et solidaires.

 
 

Détails

Thématique:Entrepreneuriat dans les pays en développement
Localisation:Yaoundé (Cameroun)
Année:2012
Lien :Visitez