Le projet

Et si vos capsules de café devenaient des boucles d’oreille ? Et si votre canette se transformait en un instrument de musique ? C’est tout l’enjeu porté par Filles à Retordre depuis 2012. Cette SCOP collecte ainsi des déchets de tous types dans la région Nord Pas-de-Calais pour en faire de la récup’ créative.

 

345 millions de tonnes de déchets produits en France tous les ans

En France, selon les derniers chiffres de l’ADEME, un habitant produit 354 kg d’ordures ménagères par an. Bien que ce chiffre diminue, il existe aujourd’hui un important gaspillage de matières, jetées avant même d’avoir pu être réutilisées ou recyclées (ordures ménagères mais également déchets issus du BTP, de l’industrie, de l’agriculture, des activités de soin…).

En outre, notre société française, de plus en plus individualisée, peine à créer du lien entre les citoyens. Le contexte économique et financier tendu n’arrange pas les choses. Les Français sont ainsi à la recherche d’économies, modifient leurs habitudes de consommation et se tournent davantage vers le réemploi, la réparation et la réutilisation des objets du quotidien.
 

Filles à Retordre : la récup’ artistique et créative

C’est grâce à la finance solidaire que les CIGALES, France Active et la Nef ont pu financer la SCOP Filles à Retordre, qui travaille autour du thème de la « récup’ créative ». Située dans la région Nord-Pas-de-Calais, la structure collecte ainsi des déchets de tous types (chambre à air de vélo, bouteilles plastique, canettes, capsules de café…), les transforme et leur donne une seconde vie à l’aide d’une pratique créative et artistique. De ces déchets naissent alors divers objets : bijoux, instruments de musique, jeux mais également costumes pour des compagnies de théâtre et de la scénographie pour les festivals.

Filles à Retordre anime aussi des ateliers auprès de différents publics (écoles, centres sociaux, mairies, associations, entreprises, ESAT…), et assure des formations professionnelles à destination des personnes qui souhaitent acquérir de nouvelles compétences dans le domaine de l’art récup’.

A travers cette sensibilisation à la réduction, au réemploi et au recyclage des déchets, la structure permet de développer la créativité, favorise le lien social au niveau local et les échanges interculturels et intergénérationnels.

 
Résultats ? En 2016, Filles à Retordre a assuré 500 heures d’ateliers dans plus de 50 structures !
 
Et ce n’est pas tout : Filles à Retordre accueille également des participants parfois très éloignés des pratiques créatives. La réalisation d’œuvres, à partir de matériaux de récupération, exposées par la suite dans l’espace public, a créé un très grand sentiment de fierté chez ces personnes. Les participants ont pu s’exprimer, sortir de leur isolement, participer à un projet collectif et retrouver confiance en eux.
 
 
Comme le dit le sociologue Ronan Chastelier, façonner de ses propres mains « c’est bon pour le moral. L’activité forme et transforme celui qui l’accomplit, où l’amour de la matière permet de ralentir le rythme dans un monde trop industriel et qui, d’une certaine manière, réhabilite un regard sensible sur les choses. »
On ne saurait pas dire mieux !
 
 

Détails

Thématique:Activités écologiques
Localisation:Lille (59)
Année:2012
Lien :Visitez