Le projet

Et si vous faisiez pousser de belles tomates et de savoureuses courgettes bio, directement en ville ? C’est ce que propose depuis 2013 l’association le Champ des possibles. Elle développe ainsi le maraichage biologique sur l’agglomération de Rouen et participe à la mise en place d’une agriculture durable, favorable à tous.

 

La crise écologique : un défi planétaire

Notre société vit actuellement une crise écologique majeure (chute de la biodiversité, réchauffement climatique, acidification et érosion des sols, déforestation, baisse des ressources en eau, effondrement des populations de pollinisateurs, surutilisation des pesticides, appauvrissement des sols…).

Parallèlement, la démographie planétaire augmente. Les estimations annoncent que d’ici 2050, 9 milliards d’êtres humains peupleront la planète, dont 70% se concentreront dans les villes. Les zones urbaines ne disposent cependant que d’une capacité d’autonomie alimentaire limitée. Paris n’aurait par exemple, pas plus de 3 jours de vivres en cas de crise majeure.

On observe d’autre part une paupérisation des agriculteurs ainsi qu’une faiblesse de leur rémunération. Selon la MSA – la Mutualité Sociale Agricole, en 2016, plus de la moitié des agriculteurs gagnaient moins de 354 euros par mois.

 

Le Champ des possibles : préserver l’environnement, reconnecter les hommes entre eux et à la terre et offrir une résilience à notre territoire

Créée en 2013 par un groupe de citoyens, le Champ des possibles, bénéficiaire du financement solidaire de France Active, développe le maraîchage biologique en milieu urbain sur la métropole rouennaise. L’objectif est de produire des légumes bio en ville en suivant les principes de la permaculture – une approche sans intrants ni pétrole qui respecte et favorise les interactions naturelles et humaines, puis de les commercialiser en circuit court.

L’association assure également l’éducation et la transmission de savoirs dans les domaines de l’environnement, de l’alimentation, de la santé et de l’agriculture grâce à des ateliers pédagogiques et des formations.

 
Résultats ? En janvier 2016, l’association contractualise avec la ville de Rouen l’implantation d’une première ferme sur le site de Repainville. Cette même année, les actions pédagogiques ont touché 500 personnes, dont une partie en territoire « politique de la ville ».
 
Et ce n’est pas tout ! En 2018, une seconde ferme verra le jour sur le futur parc des Bruyères. En outre, un partenariat est en cours de mise en place avec WWF pour définir un protocole scientifique de mesure de l’impact de l’association sur la vie du sol, sa fertilité ainsi que sur la biodiversité.
 
 
Préserver l’environnement n’aura jamais été aussi sain et savoureux !
 
En savoir plus :
 
 

Détails

Thématique:Activités écologiques
Localisation:Agglomération Rouennaise
Année:2013
Lien :Visitez