Le projet

Saviez-vous qu’en France, les femmes qui décèdent sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon sont encore nombreuses ? Que plusieurs enfants sont également victimes ou témoins de l’homicide de leur mère dans le cadre de violences conjugales ? C’est pour lutter contre ces violences que l’association Léa a vu le jour, avec le soutien de la finance solidaire.

 

La violence conjugale, un fléau qui ne diminue pas

Chaque année, il y aurait en moyenne 225 000 femmes victimes de violences physique et/ou sexuelle, commises par leur ancien ou actuel partenaire intime.* Parmi ces femmes victimes, seulement 19% déclarent avoir déposé une plainte. Pour un nombre de condamnation inférieur à 10%. En outre, ces chiffres ne couvrent pas l’ensemble des violences au sein du couple puisqu’il ne rend pas compte des violences verbales, psychologiques, économiques ou administratives.

Selon l’OMS, les conséquences sont nombreuses pour ces femmes : dépressions, crises d’angoisse, troubles alimentaires, état de stress post-traumatique (ESPT), comportements auto-destructifs, phobies, conduites addictives, pensées et comportements suicidaires… Des troubles qui peuvent s’installer durant des mois, des années, voire toute une vie en l’absence de prise en charge.

Autres victimes directes de la violence conjugale : les enfants. D’après une étude du Centre Hubertine Auclert publiée en 2017, 143 000 enfants vivent dans un foyer où des femmes sont victimes de violences conjugales physiques et/ou sexuelles. Co-victimes ou directement touchés par la violence, ils souffrent de conséquences néfastes à leur développement, leur santé physique et mentale, ainsi qu’à leur perception des relations hommes-femmes.

La prise en charge des femmes et enfants victimes des violences conjugales et intrafamiliales est encore insuffisante. Il faut plus de moyens pour répondre à leurs besoins.

 

Léa, une association qui lutte activement contre les violences faites aux femmes

Fondée en 2009 à Yerres (Essonne), Léa est une association spécialisée, affiliée à la Fédération Nationale Solidarité Femmes, qui a pour mission de soutenir les femmes et les enfants victimes de violences, essentiellement dans le cadre des violences conjugales et/ou intrafamiliales.

Bénéficiaire du financement de France Active pour son développement, l’association assure un accueil, une écoute (ligne téléphonique anonyme et confidentielle, ouverte 7j/7 de 8h à 20h) et un accompagnement pluridisciplinaire (social, psychologique, juridique et judiciaire) pour la protection des familles. Elle gère également des hébergements transitoires, favorisant l’insertion sociale et professionnelle.

 

Résultats ?

• 663 femmes et 1 089 enfants accompagnés de 2009 à 2017
• 93 femmes et 150 enfants mis en sécurité dans des hébergements transitoires entre 2009 et 2017
• 2 375 appels sur la ligne d’écoute en 2017
• 319 permanences et 568 entretiens individuels en 2017
• 56 assistances physiques (avocats, commissariats…) réalisés
• 43 dossiers d’aide juridictionnelle constitués et instruits, 42 plaintes et 45 mains courantes déposées

 
Et ce n’est pas tout : l’association Léa souhaite augmenter le nombre de places d’hébergement pour répondre à la demande croissante. Elle aimerait également mettre en place des actions de prévention et de sensibilisation en milieu scolaire afin de lutter contre les comportements sexistes.

 
Une action qui permet à des centaines de femmes et d’enfants de sortir de la violence.
 
 
———————————————-
*d’après l’enquête « Cadre de vie et sécurité » 2012-2017 – INSEE-ONDRP
 

Détails

Thématique:Lutte contre les exclusions
Localisation:Yerres (91)
Année:2009
Lien :Visitez