Le projet

L’ASSOCIATION NATIONALE DES COMPAGNONS BATISSEURS (ANCB) accompagne les plus démunis vers un habitat digne

Saviez-vous que la crise du logement en France ne touche pas loin de 10 millions de personnes ? Et qu’à cette crise se superpose celle de l’emploi, qui touche principalement les jeunes ? L’Association Nationale des Compagnons Bâtisseurs (ANCB) essaye d’y faire face depuis plus de 50 ans, en valorisant chaque personne en situation de difficulté dans ces deux domaines.

 

Des millions de personnes en situation de fragilité face à l’emploi et au logement en France

Selon le 21ème rapport de la Fondation Abbé Pierre sur l’état du mal-logement en France en 2016, 3,8 millions de personnes étaient mal ou non logées ; plus d’un million de ménages étaient en situation de précarité énergétique et 518 000 ménages propriétaires étaient en situation de difficulté. Un peu partout dans l’Union Européenne, on voit également s’installer un contexte de taux de chômage élevé des moins de 25 ans. 19,4% des jeunes sont ainsi à la recherche d’un emploi dans la zone euro. Et la France se situe dans la moyenne haute, comptabilisant près de 24% de ses jeunes de moins de 25 ans sans emploi, en mars 2017*.

 

Améliorer collectivement l’habitat : la solution pour résoudre ces problèmes sociaux ?

Bénéficiaire des financements solidaires d’ECOFI et de Solifap, le réseau Compagnons Bâtisseurs intervient depuis 1957 sur Rennes dans la résolution de ces problèmes sociaux, en particulier ceux liés à l’habitat. L’amélioration de l’habitat au travers de chantiers d’auto-réhabilitation accompagnée (ARA) et d’auto-construction accompagnée représentent notamment le cœur de métier de ce mouvement associatif d’éducation populaire. Destinés à aider les habitants en difficulté dans la résolution de leur problème de logement (habitat indigne, précarité énergétique, insalubrité, difficulté à faire face aux charges et aux réhabilitations…), qu’ils soient propriétaires ou locataires, les modalités de mise en œuvre sont aléatoires et adaptées à chaque situation, mais toujours effectuées dans une dynamique de projet collectif !

Dans ces projets d’ARA, les animations collectives, les ateliers techniques d’apprentissage et les outilthèques constituent ainsi des espaces de cohésion sociale, de solidarité et de partage entre les habitants, les bénévoles et les volontaires en service civique. Ils permettent ainsi d’avoir de beaux résultats sur le bâti (embellissement, aménagement, rénovation et performances énergétiques, agrandissement, confort, sortie d’insalubrité) mais également sur la dynamique sociale (estime de soi, lien familial et social, autonomie, santé physique et psychique, apprentissage, insertion sociale et professionnelle) tout en ayant des externalités positives (coûts évités, citoyenneté active, vivre ensemble, production et valorisation des ressources territoriales).

Les habitants accompagnés sont en grande majorité très modestes : ménages qui perçoivent le RSA ou des allocations chômage de fin de droit, salariés à très bas revenus, personnes invalides ou handicapées, retraités percevant le minimum retraite, personnes seules avec enfants…

 
Résultats ? En 2016, 89 opérations territoriales d’Auto Réhabilitation Accompagnée (ARA) ont été effectuées en partenariat avec plus d’une centaine de collectivités locales, organismes sociaux et partenaires associatifs et privés. Ces projets ont permis la réalisation de chantiers d’ARA dans 1 360 logements. L’ensemble de ces projets impliquent le voisinage et les réseaux de solidarité avec des bénévoles. Ainsi, ces projets conduit en 2016 ont mobilisé 2 805 ménages.

En 2016, près de 30% des chantiers ont permis de lutter contre l’habitat indigne (indécence, insalubrité).

Depuis l’origine, les jeunes sont au cœur du projet. Ils participent à des actions de chantiers afin de pouvoir apporter une solidarité concrète aux personnes les plus démunies. En 2016, ce sont 193 volontaires accompagnés et investis sur les chantiers.

 
Et ce n’est pas tout, car l’ANCB c’est aussi de l’insertion économique via des chantiers d’insertion et des chantiers de formation. Supports à l’apprentissage technique, ils permettent de lever les freins à l’emploi dans le secteur du bâtiment pour les personnes en grandes difficultés. Au total, 127 salariés en contrat d’insertion ont participé à ces chantiers d’insertion. Le taux de sortie dynamique est de 62%.

 
Le plan de développement de l’activité des Compagnons Bâtisseurs étant accessible à tous, il ne sera pas surprenant de voir ce beau modèle repris par de nouveaux opérateurs de l’ESS et de l’habitat, tels que les régies de quartier ou les centres sociaux. Bientôt un label ANCB ?

 

« La finance solidaire n’est pas pour nous une alternative au système financier classique mais bien un complément. Outre, le sens de ces produits par leur mission, leur origine, nous avons trouvé des produits, dans leurs caractéristiques, parfaitement adaptés aux besoins et aux contraintes induites par le changement d’échelle dans lequel le mouvement Compagnons Bâtisseurs est engagé.
La mobilisation des financements solidaires a un sens particulier pour le Mouvement Compagnons Bâtisseurs. Par l’intermédiaire d’Ecofi Investissements, notre projet a séduit des épargnants et leur a permis d’encourager le développement de notre projet et de son impact social. Nous sommes quelque part sur du « Faire ensemble » !
C’est donc un privilège, mais aussi une grande responsabilité, vis-à-vis des épargnants, d’atteindre les objectifs fixés afin que leurs investissements créent de la valeur sociale, environnementale et économique.
 »

Alexandre LAGOGUE, Chargé de mission gestion et finance

 
Découvrez les Compagnons Bâtisseurs en vidéo :

 
———————————————-
* Source : http://www.touteleurope.eu/actualite/le-taux-de-chomage-des-jeunes-octobre-2016.html
 
 

Détails

Thématique:Innovation sociétale, Education populaire
Localisation:Rennes (35)
Année:1957
Lien :Visitez