juillet 07 2020
3 questions à Bruno Dunkel - Inpulse Investment Manager

3 questions à Bruno Dunkel, Directeur général chez Inpulse Investment Manager

Membre de Finansol depuis peu, Inpulse est un gestionnaire de fonds d’investissement solidaire visant à promouvoir l’investissement social et l’inclusion financière. Parmi les fonds proposés par Inpulse, deux ont récemment obtenu le label Finansol. Afin d’en savoir plus sur leur stratégie de développement, nous avons posé 3 questions à Bruno Dunkel, Directeur général d’Inpulse.

 

1/ Pourquoi avoir demandé le label Finansol sur vos fonds « Helenos » et « CoopMed » ?

Nous sommes un gestionnaire de fonds solidaire filiale du Crédit Coopératif, et basé en Belgique. CoopMed, notre fonds de dette actif sur le pourtour méditerranéen sud, et Helenos, notre fonds de capital-risque dédié à la finance inclusive en Europe, sont en plein développement. Les besoins du marché sont importants, particulièrement dans le contexte actuel. Pour pouvoir y répondre, nous devons intensifier nos efforts de levée de fonds. Notre récent agrément AIFM nous permet de commercialiser nos fonds à l’étranger. Il nous a semblé logique de développer en premier lieu le marché français. Nous sommes convaincus que l’obtention du label Finansol sera un atout vu son niveau d’exigence et sa forte visibilité en France. Nous espérons également pouvoir contribuer à faire connaître ce label à une échelle plus européenne.
 
> En savoir plus sur le fonds Helenos
> En savoir plus sur le fonds CoopMed
 

2/ En tant qu’acteur européen de l’investissement social, quelle est votre stratégie européenne et comment votre adhésion à Finansol y contribue ?

Inpulse, en tant que gestionnaire de fonds, a pour mission de défendre et développer une finance inclusive à travers toute l’Europe élargie et se spécialise dans l’accès au financement pour les institutions dont le profil et/ou la taille les rendent non standards, les fameux « trous dans la raquette ». Les volumes et la réglementation augmentant, il devient étonnamment de plus en plus difficile de faire se rencontrer l’offre des investisseurs et la demande du secteur. Notre savoir-faire est à ce niveau et il porte tant sur l’accompagnement financier que non-financier. Historiquement nous sommes enracinés dans l’économie sociale et ses diverses composantes au niveau européen, en France tout particulièrement. Fort de cette vision plus globale et de notre expérience de terrain, nous pouvons affirmer que les acquis du secteur de l’économie sociale et solidaire en France méritent d’être promus au-delà des frontières de votre pays. De nombreux autres pays européens, à commencer par la Belgique, pourraient s’en inspirer ! Inpulse a de plus un contact privilégié avec les instances européennes. Nous comptons bien en profiter pour contribuer à la croissance du secteur au niveau européen, en capitalisant sur notre expérience, celle de nos partenaires et les modèles qui ont fait leur preuve.
 

3/ Dans le contexte actuel de crise sanitaire, quel soutien apportez-vous aux intermédiaires financiers que vous financez ?

Les entreprises sociales et les microentrepreneurs sont en première ligne durant la crise. Notre rôle est de soutenir les intermédiaires financiers locaux pour qu’ils puissent, à leur tour, fournir le soutien nécessaire à leurs clients. Ce soutien nécessite en premier lieu d’assurer la liquidité mais nous anticipons aussi le moment où il faudra assurer la solvabilité de nos intermédiaires. Notre capacité à apporter des solutions en dette et en fonds propres peut donc se révéler cruciale.
A côté de cela, nous devons aussi faire preuve de la souplesse qui leur permettra de mieux résister aux tensions générées par cette crise. Cela passe par des moratoires voire des rééchelonnements de dette, sans trop de lourdeur administrative ou légale afin de permettre à l’institution de se concentrer sur ses enjeux opérationnels immédiats. Notre taille nous permet un accompagnement individualisé, qui est une des spécificités à laquelle nous tenons beaucoup, et qui fait partie de notre ADN social. Sur les derniers 3 mois, nos équipes ont ainsi répondu à de nombreuses demandes de nos partenaires. Au-delà du financement, notre agilité nous a également permis de faire le lien entre nos investisseurs institutionnels et les intermédiaires locaux, dont certains ont vécu avec la crise du Covid-19, leur premier stress test in vivo. En tant de crise, la communication est cruciale et nous n’avons pas ménagé nos efforts pour le faire de manière transparente et régulière. Ce sont les meilleures bases pour construire des partenariats de long terme.
 
 
> En savoir plus sur Inpulse Investment Manager
 
 

Laissez un commentaire