décembre 05 2019
3 questions a Lenaig et Jon - Finansol

3 questions à… Lenaig Naudais et Jon Sallé, responsables chez Finansol

La fin d’année 2019 a vu l’arrivée de deux nouveaux responsables de pôle au sein de l’association. Afin de mieux les connaitre, 3 questions ont été posées à Lenaig Naudais, responsable communication arrivée fin août et Jon Sallé, responsable de l’Observatoire arrivé à la mi-octobre.
Tous deux reviennent sur leurs parcours et leurs perspectives au sein de Finansol.

 

1/ Pouvez-vous nous dire un mot sur votre parcours et ce qui vous a motivé à rejoindre Finansol ?

LENAIG : Après quelques expériences de communication dans des associations de solidarité internationale, j’ai rejoint l’Association Française des Fundraisers. J’ai coordonné pendant 5 ans la communication afin d’accompagner les professionnels de la collecte de fonds et du mécénat dans leur développement professionnel et celui de leurs organisations. L’objectif, en fin de compte, est de permettre la mobilisation de ressources au service d’une cause, d’un projet. Finansol était donc une suite logique !

JON : Après être passé par l’investissement en microfinance et dans deux start-ups sociales dans l’accès à l’énergie dans les pays du Sud, j’ai travaillé 5 ans pour l’association CERISE. J’étais notamment en charge de développer et promouvoir ses outils d’auto-évaluation pour les entreprises sociales et les investisseurs d’impact les plus matures en gestion de la performance sociale. Début 2019, Finansol a sollicité CERISE alors que l’équipe de l’Observatoire rénovait le périmètre de la finance solidaire. C’est comme cela que j’ai commencé à m’intéresser aux activités de Finansol, et en particulier à celles de l’Observatoire, dont j’ai pris la responsabilité en octobre.
 
 

2/ Quel regard portez-vous sur les actions menées par vos pôles respectifs ?

LENAIG : Les communications de Finansol, en particulier le Baromètre de la finance solidaire et la Semaine de la finance solidaire, faisaient partie de mes « marronniers » avant de rejoindre l’équipe : une information experte, précise, illustrant l’utilité de la finance solidaire. Finansol est identifié comme un acteur crédible et légitime, et bénéficie de l’implication d’un réseau riche et d’expertises internes fortes. Vous pouvez notamment compter à la communication sur l’implication de Dounia Aït-maamar, chargée d’animation de réseau et événementiel, et de Rozenn Mahé, chargée de communication numérique et média. Autant d’énergies à mobiliser pour prolonger le travail existant et s’inscrire dans les contexte et écosystème actuels.

JON : Pendant près de 10 ans sous la responsabilité éclairée de Frédéric Fourrier, l’Observatoire a produit des données et des études qui en ont fait une référence pour tout le secteur de l’ESS. Il a permis à l’association et à ses membres de promouvoir les singularités de la finance solidaire en ne s’appuyant pas seulement sur des valeurs, mais sur des réalisations. C’est important : l’Observatoire doit être un centre de ressources pratiques sur la finance solidaire pour toutes nos parties prenantes, qu’elles soient d’ailleurs membres du collectif ou non. Finalement, il s’assure du bon déroulé des activités du Comité du label Finansol. Là-dessus, vous pouvez faire confiance au sérieux (et à l’humour !) de Sarah Perrier, chargée de mission label.
 
 

3/ En quoi consisteront vos missions pour les années à venir ?

LENAIG : J’identifierais trois lignes directrices. Tout d’abord, poursuivre le travail de fédération et d’accompagnement des membres à communiquer efficacement. Ensuite, faciliter le passage à l’acte des épargnants et autres acteurs de la finance avec un travail de vulgarisation et de pédagogie sur ces sujets parfois si techniques. Enfin, affirmer la place de Finansol, en renforçant la marque et sa notoriété, avec en objectif d’être moteur dans l’anticipation des tendances.

JON : L’Observatoire a pour mission de rénover les outils de collecte et de valorisation des données de la finance solidaire, avec le double objectif de simplifier la collecte et d’accroître leur valorisation. Nous réalisons cela alors que le périmètre du label évolue. Sans révolutionner la finance solidaire, cela va nous amener à challenger un peu nos membres, notamment sur leur cohérence interne vis-à-vis de leur revendication d’utilité sociale. Nous souhaitons donc être davantage acteur des évolutions de la finance solidaire, qui innove et gagne en diversité. D’ailleurs, les moyens de l’Observatoire se renforcent, avec le recrutement d’un.e chargé.e d’études, et l’ouverture d’un poste de doctorant CIFRE au second semestre 2020.
 
 
Un grand merci à eux deux d’avoir joué le jeu et répondu à nos trois questions !
 
 

Laissez un commentaire