novembre 04 2019
Semaine de la finance solidaire 2019 - Interview Jérémy, BSF

« La finance solidaire est une manière innovante d’agir auprès des populations les plus fragiles » – Jérémy, entrepreneur solidaire

Le 27 octobre dernier, TV Magazine est allé interroger les deux égéries de la Semaine de la finance solidaire 2019 : Céline, épargnante solidaire et Jérémy, directeur de Bibliothèques Sans Frontières. Pourquoi ? Comment ? En quatre, cinq questions ils nous donnent toutes les clés pour devenir épargnant solidaire ou pour bénéficier de la finance solidaire. Car c’est grâce à l’épargne solidaire de Céline que Jérémy a pu développer l’activité de Bibliothèques Sans Frontières.
 
Zoom sur le parcours de Jérémy, directeur de Bibliothèques Sans Frontières.

 

1/ Aviez-vous un projet précis et en quoi consistait-il ?

Bibliothèques Sans Frontières favorise l’accès à la culture, à l’éducation et à l’information auprès des populations vulnérables, partout dans le monde. Nous nous sommes tourné vers la finance solidaire pour moderniser notre centre de gestion des livres que nous collectons partout en France. Chaque année, nous collectons plus de 600 000 livres auprès des particuliers, des institutions et des bibliothèques. Une partie de ces livres est destinée à des bibliothèques et des associations que nous soutenons en France et à travers le monde. Une autre partie est vendue sur le marché de l’occasion, ce qui nous permet de dégager des ressources pour soutenir nos actions pour le partage de la connaissance.
 

2/ Comment vous est venue l’idée de faire appel à la finance solidaire ?

Tout naturellement ! Notre ONG porte des valeurs exigeantes de solidarité, de partage et de respect de l’environnement. Nous voulons construire un monde plus juste aux côtés de partenaires qui partagent ces engagements. La finance solidaire est pour nous une manière innovante d’agir auprès des populations les plus fragiles pour réduire les inégalités d’accès à l’éducation et à l’information. Elle permet de diversifier nos leviers de financement tout en gardant la mission sociale au cœur de notre action.
 

3/ Comment avez-vous procédé pour l’obtenir et en quoi a consisté la finance solidaire qui vous a été octroyée au démarrage ?

L’obtention de ce prêt à l’investissement est le fruit de discussions avec Ecofi Investissements, société de gestion responsable, filiale du Crédit Coopératif. L’idée pour nous est de construire un modèle financier soutenable pour notre mission de collecte et de redistribution de livres. La logistiques et le tri des livres coûtent cher et nous souhaitons ne pas dépendre uniquement de subventions pour assurer ces activités. Les premiers investissements nous ont permis notamment de construire une mezzanine de près de 400 m² dans notre base logistique pour créer un espace dédié à la vente en ligne des livres d’occasion.
 

4/ Aujourd’hui, votre action touche six millions de personnes. Dans quels pays ? Comment avez-vous pu développer votre projet à ce point ?

Les questions de l’accès à l’information, à l’éducation ou encore à l’internet sont au cœur des plus grandes inégalités aujourd’hui. C’est pourquoi nous travaillons dans plus de 30 pays pour donner à chacun la capacité d’être autonome et de s’épanouir à travers un accès ouvert et libre à la connaissance, que ce soit auprès des réfugiés Rohingyas au Bangladesh, des adolescents des quartiers Nord de Marseille, des enfants des rues au Burundi ou encore des usagers des laveries automatiques aux États-Unis.

Nous avons pour cela créé en 2014 l’Ideas Box, une médiathèque mobile, en kit, qui s’ouvre en moins de 20 minutes pour créer un espace culturel de 100 m². Dotée d’une connexion internet, d’ordinateurs et de tablettes tactiles, de livres et d’un cinéma, elle est une formidable boîte à outils dans laquelle enfants et adultes viennent puiser pour s’informer, échanger et se reconstruire. Dessinée par Philippe Starck, elle a été initialement conçue pour reconnecter les familles et renforcer l’éducation dans les situations d’urgence. Aujourd’hui, elle est aussi déployée dans les quartiers prioritaires en France, les zones de démobilisation des FARC en Colombie ou les territoires aborigènes en Australie.
 

5/ Allez-vous continuer à développer « Bibliothèques Sans Frontières » ? Si oui, de quelle manière ?

Évidemment car les besoins restent immenses : 750 millions de personnes ne savent ni lire ni écrire et 49% de la population mondiale n’a pas accès à une connexion internet. La diversité de nos actions nous pousse chaque jour à innover et à aller toujours plus loin pour donner à tous la capacité d’être libres et de s’émanciper. Pour renforcer les capacités des populations, nous travaillons en 24 langues et avons sélectionné plus de 30 000 contenus autour des grands enjeux qui font le monde d’aujourd’hui : l’éducation, la santé ou encore le numérique.

Pour continuer de grandir, nous comptons poursuivre l’hybridation de notre modèle économique pour ne pas reposer uniquement sur les subventions. L’éducation, la culture sont souvent les parents pauvres de l’aide humanitaire ou des politiques de développement. Pour cela, la finance solidaire représente un formidable levier pour inventer des modèles créatifs, prendre des risques et inventer la manière dont, collectivement, nous pouvons créer plus de lien social, réduire les inégalités et transformer en profondeur le monde dans lequel on vit. Mais ce n’est qu’une partie de la réponse et nous avons plus que jamais besoin l’aide de chacun d’entre vous, à travers vos dons, pour mener ce combat.
 
 



 

Laissez un commentaire