septembre 12 2019
3 questions à Laurent Chereau - Convergences

3 questions à Laurent Chéreau, responsable de la communication à la SIDI

L’édition 2019 du forum Convergences a eu lieu les 5 et 6 septembre à Paris, événement lors duquel Finansol était présent via la tenue d’un stand aux couleurs du site internet FinancerlaSolidariteInternationale.org et l’organisation d’une table-ronde « La finance solidaire : levier contre les inégalités dans les pays en développement ».
L’occasion de poser quelques questions à Laurent Chéreau, responsable de la communication à la SIDI, sur le financement de la solidarité internationale grâce à la finance solidaire, et sur les actualités de la SIDI en cette période de rentrée.

 

1/ De quelle façon la finance solidaire répond-elle au besoin de développement à l’international ?

Selon moi, ce qui nous distingue au premier chef, c’est que nos organisations disposent, grâce à l’épargne solidaire, de ressources financières d’une grande qualité : patientes, bon marché, et disposées à être investies avec un niveau de risque plus élevé que la moyenne.
Cela est en particulier très utile aux acteurs de la solidarité internationale, qui peuvent répondre aux forts besoins de financement et d’appui. De nombreux acteurs locaux de développement, tels que les entreprises sociales, les coopératives paysannes, les institutions de microfinance, ont en effet besoin de financements adaptés qu’elles ne trouvent pas localement.

Ce qui fait notre force, c’est également le fait que si nous sommes capables de répondre à ces besoins, nous nous concentrons justement sur des acteurs qui portent des actions à « haute valeur ajoutée sociétale ». Ils ont en particulier le souci de l’intégration économique et financière des populations fragiles, exclues, en difficulté. C’est d’ailleurs le mandat que nous confient les épargnants solidaires qui nous soutiennent : leur épargne est solidaire de ces gens-là.
 
 

2/ Quelle est l’actualité de la SIDI ?

La SIDI dispose en cette rentrée d’une forte actualité africaine ! Nous venons de finaliser le rachat d’un fonds ougandais d’appui à la microfinance sociale en Afrique de l’Est, SMF-EA, qui propose des financements adaptés mais aussi de l’appui technique à 25 institutions ougandaises, kenyanes et tanzaniennes. La SIDI est partenaire du fonds depuis de nombreuses années. Suite à la volonté de retrait de ses fondateurs, nous avons souhaité pouvoir le pérenniser dans son objectif social fort en proposant de le racheter, renforçant ainsi notre implantation en Afrique de l’Est, où nous sommes déjà très présents.

Notre actualité africaine concerne aussi la Semaine Africaine de la Microfinance, qui se tiendra en octobre au Burkina-Faso. Cet événement est l’occasion de rencontrer des partenaires et prospects. Cette année nous avons aussi proposé un atelier de travail spécifiquement dédié aux enjeux de la transition écologique et sociale dans la microfinance.
L’enjeu est capital : il faut en effet que les organisations s’engagent, pour elles-mêmes et surtout pour leurs clients, à générer moins de pollution, mais aussi à se préparer aux chocs climatiques et écologiques à venir. L’atelier vise à dégager des pistes de collaboration sur ce sujet.
 
 

3/ Vous étiez présent au forum Convergences 2019. Quel bilan tirez-vous de cet événement ?

La SIDI a pu nouer lors de ce forum de nombreux contacts avec des citoyens qui ont découvert l’épargne solidaire et y ont trouvé une réponse concrète à leur souhait (parfois latent) de donner du sens à leur argent. Convergences est un exemple supplémentaire du fait que la finance solidaire constitue une proposition attendue de nombreux Français !

Au fil de nos discussions avec de nombreux porteurs de projets et acteurs internationaux, nous avons aussi pu vérifier une fois de plus que la palette d’outils techniques et financiers proposés par la SIDI répond toujours à une forte demande.
On se rend compte dans ce genre d’événement à quel point le modèle français de la finance solidaire est unique, dans son fonctionnement comme dans ses résultats. Cela est très encourageant pour les militants que nous sommes, notamment au sein de Finansol !
 
 

Laissez un commentaire