février 22 2018
Salon International de l'Agriculture 2018

« L’agriculture, une aventure collective »

Thématique du Salon International de l’Agriculture 2018, le collectif et le collaboratif sont des sujets au cœur de l’actualité. Qu’il s’agisse du travail, de la consommation ou encore de l’économie, le collaboratif s’impose au service d’une société en pleine mutation.

 
Dans notre société en constante évolution, l’agriculture n’est plus l’activité d’une seule personne et la création de lien social y devient primordiale. Les consommateurs deviennent ainsi de véritables contributeurs au développement des agriculteurs et producteurs (AMAP, circuits-courts, crowdfunding…), les jeunes en formation ou tout juste installés bénéficient d’accompagnement dédiés, le métier devient synonyme d’une forte création de valeur… Le domaine agricole s’empare lui aussi de l’économie collaborative.

Quel exemple se rapproche le plus de cette thématique que celui d’Atelier Paysan, lauréat des Grands Prix de la finance solidaire 2016 ?

 

Atelier Paysan : le collaboratif, garant de la diffusion du « savoir paysan »

L’Atelier Paysan propose d’accompagner des groupes de paysans dans la conception de solutions techniques adaptées au cahier des charges de l’agriculture biologique.

L’association offre plus spécifiquement une réappropriation des savoirs paysans et l’autonomisation dans le domaine des agroéquipements. Des outils attelés au tracteur, des outils manuels ou encore des bâtiments dans toutes les filières de production agricole (maraîchage, viticulture, arboriculture, élevage, céréales…) sont ainsi diffusés librement. Au cours de tournées de terrain un peu partout en France, elle collecte et documente également des initiatives isolées d’agriculteurs qui ont inventé ou adapté des équipements agricoles mais qui n’ont pas le temps ou les moyens de partager leur idée.

Ces savoirs et savoir-faire sont rendus accessibles en open source, via des documents didactiques papiers ou numériques, ou également lors de formations à l’auto-construction.
A ce titre, l’association a d’ailleurs été identifiée par Michel Bauwens*, théoricien du « pair à pair », comme un exemple de modèle économique performant et abouti de l’open source et plus généralement de l’économie dite collaborative.

Et c’est un succès ! En pleine cohérence avec l’évolution de la société française, l’Atelier Paysan conduit toujours plus de chantiers d’auto-construction.
 

 

Et le lien avec la finance solidaire dans tout ça ?

Afin de se développer et de se constituer comme un « FarmLab » (plateforme de ressources pour capitaliser et mutualiser les savoirs paysans existants, co-développer des savoirs nouveaux avec des groupes d’agriculteurs et diffuser ces savoirs et savoir-faire en « libre »), l’Atelier Paysan a dû trouver des financements.

Et ce sont notamment 27 clubs CIGALES, France Active et la Nef qui ont permis à l’Atelier Paysan, à travers différents financements solidaires, de pouvoir servir son projet éthique et politique : participer à constituer et diffuser des « biens communs » pour le monde paysan. Autant de savoirs et savoir-faire adaptés, libres, reproductibles et appropriables.
 

default image

« Globalement, ce qu’il y a de commun avec tous les accompagnements qui relèvent du champ du financement solidaire, c’est la plus-value humaine apportée en levier supplémentaire des interventions dans notre structure. »

Julien REYNIER, Chargé de développement / Salarié sociétaire

 
> En savoir plus sur Atelier Paysan

 
———————————————-
*cf Michel Bauwens : « Uber et Airbnb n’ont rien à voir avec l’économie de partage » Le Monde, 25/06/2015
 
 

Laissez un commentaire