#20ansLabel : 3 questions à Miora Ranaivoarinosy, Danone Communities et Mathieu Azzouz, Amundi

20 ans du label : 3 questions à Miora Ranaivoarinosy et Mathieu Azzouz

Parmi les entreprises proposant un fonds d’épargne salariale labellisé Finansol, nous avons donné la parole à Danone Communities afin de nous faire part de sa démarche de labellisation. Gérant, entre autres, de ce fonds solidaire, Amundi a également accepté de répondre à nos questions à l’occasion des 20 ans du label Finansol.
3 questions à Miora Ranaivoarinosy, Responsable Innovations sociales et Communautés chez Danone Communities et Mathieu Azzouz, Responsable impact investing chez Amundi.

 

1/ Vous disposez d’une très large gamme de placements labellisés au sein du Groupe Crédit Agricole sur des supports très variés. Certains d’entre eux (Parts Solidarité – Habitat et Humanisme et Solidarité – CCFD-Terre Solidaire) ont été parmi les premiers labellisés en 1997. Pourquoi avez-vous initié cette démarche et surtout, pourquoi continuez-vous à demander le label ?

Mathieu Azzouz (Amundi) : Nous disposons effectivement au sein d’Amundi d’une gamme historique et innovante de fonds à impact social. Avec 2,3 milliards d’euros d’encours sous gestion, notre gamme de fonds solidaires s’étend sur tous les supports d’investissement (du compte titre à l’épargne salariale, en passant par l’assurance-vie) et pour tous les types de clients. Depuis le début nous avons cette conviction que l’épargne solidaire répond aux besoins de nos clients, de l’économie, des enjeux sociétaux et est également une source d’importantes innovations économiques et sociales, que nous voulons accompagner sur le long terme.

En finançant les entreprises solidaires françaises mais aussi internationales, grâce à notre partenariat avec danone.communities, nous contribuons à créer des produits d’épargne ayant un impact mesurable en termes de création d’emplois, d’accès aux soins, au logement. Il s’agit ainsi de créer un cercle vertueux avec l’ensemble des parties prenantes (épargnants, entrepreneurs, labellisateurs, société civile, grands groupes, financeurs), avec pour objectif commun d’améliorer la qualité de vie des bénéficiaires finaux des entreprises solidaires investies.

C’est une démarche de long terme, innovante, partenariale. C’est également une démarche de conviction portée autant par les épargnants, que les entrepreneurs sociaux et Amundi. L’épargne solidaire étant synonyme de transparence, de confiance, de proximité, c’est tout naturellement que nous avons candidaté au label Finansol qui porte ces mêmes valeurs et est un gage de qualité de l’engagement solidaire des fonds d’épargne que nous proposons. Finansol permet également de rassembler toutes les énergies des épargnants, des investisseurs des entrepreneurs autour de l’économie solidaire. Rassembler et accompagner sont parmi les mots clefs de la réussite de l’épargne solidaire ; rassembler des épargnants autour d’entreprises sociales qui accompagnent des bénéficiaires vers plus de qualité de vie.

 

2/ Danone est l’une des très rares entreprises à avoir demandé le label Finansol pour son fonds d’épargne salariale solidaire et d’avoir accepté que le placement, dans toutes ses composantes, soit examiné par un tiers indépendant. Pourquoi avez-vous réalisé cette démarche ?

Miora Ranaivoarinosy (Danone) : Le label Finansol fête ses 20 ans et Danone Communities fête cette année ses 10 ans. Lors de la création de notre fonds, nous étions déjà convaincus qu’il fallait rassembler autour de l’idée qui fonde notre action, qui est le social business au service de la malnutrition et l’accès à l’eau potable. Ce sont deux sujets sur lesquels il faut mobiliser des moyens sur le long terme et de façon significative. Et ce qui fait que le mouvement d’adhésion est fort autour de nous c’est que nous gagnons la confiance de nos souscripteurs épargnants et de nos partenaires. Cette confiance est nourrie par l’intégrité, faire ce que nous disons, et la transparence, partager les informations pertinentes. Ce sont les ingrédients pour une bonne gouvernance. D’ailleurs une bonne partie des épargnants sont les salariés Danone eux-mêmes (un quart des encours du fonds!). Ce sont donc des gens comme vous et moi, qui veulent donner du sens à leur épargne. Ils nous posent beaucoup de questions sur tous les aspects du fonds et c’est bien normal. Au-delà des effets de réputation, il en va de l’impact sur un million de personnes aujourd’hui, la totalité des bénéficiaires de l’action de Danone Communities dans 12 pays dont la France. C’est parce que nous avons un produit bien géré que nous pouvons assurer des moyens de développement aux social business. Le label permet d’envoyer un signal fort et de rendre cela compréhensible à tous et lever le doute pour ceux qui pouvaient encore douter.

 

3/ Que souhaitez-vous au label Finansol pour ces 20 prochaines années ?

Miora Ranaivoarinosy (Danone) : Nous serions ravis que ce label devienne universel et qu’il soit appliqué dans d’autres pays.

Mathieu Azzouz (Amundi) : La réussite de l’épargne solidaire en France avec une croissance annuelle exceptionnelle année après année connaît le même succès à l’international au travers de l’impact investing. Nous souhaitons que les innovations et les spécificités françaises de l’économie solidaire portées par Finansol puissent être diffusées à l’international pour toujours plus d’impact social et environnemental.

 
Les 20 ans du label Finansol ont également cours sur les réseaux sociaux : rendez-vous le 20 novembre sur notre page Facebook pour le nouveau jeu-concours du mois !
 

Laissez un commentaire