#20ansLabelFinansol - 3 questions à Geoffroy Malcor - Directeur général SOLIFAP

20 ans du label : 3 questions à Geoffroy Malcor, Directeur général de SOLIFAP

Directeur général de SOLIFAP, la société d’investissement de la Fondation Abbé Pierre, c’est au titre d’ancien membre du Comité du label Finansol entre 2010 et 2014 que nous avons posé 3 questions à Geoffroy Malcor.

 

1/ Quelle expérience tirez-vous de votre implication au sein du Comité du label Finansol ?

Le Comité du label a pris contact avec la Fondation Abbé Pierre pour venir enrichir sa lecture concernant les thématiques liées au logement social et à la lutte contre les exclusions. En arrivant en 2010, j’ai trouvé une forte diversité d’expertises issues du milieu associatif, bancaire, entrepreneurial, académique, etc. Tous les membres étaient animés par le même souci d’une instruction de qualité et de la forte responsabilité qui leur incombait dans l’attribution comme dans le retrait du label afin de promouvoir et défendre une finance différente au service de l’économie sociale et solidaire. Les 4 années à échanger avec eux ont été pour moi une très belle démonstration de la capacité de différents acteurs à se mettre en alliance pour co-construire la finance solidaire et porter les innovations nécessaires du secteur social.
 

2/ Pour quelles raisons avez-vous souhaité vous retirer du Comité du label Finansol ?

L’indépendance des membres du label et du Comité vis-à-vis de l’association Finansol participe à la bonne gouvernance, à l’autonomie et à la justesse des décisions qui y sont prises. Après la création de SOLIFAP, la société d’investissements solidaires de la Fondation Abbé Pierre, en 2014, je me suis retiré du label pour en demander alors l’attribution, étant naturellement convaincu après plus de 4 ans d’observation de ce que celui-ci apporte comme reconnaissance et moyens aux acteurs et entreprises solidaires.
 

3/ Que souhaitez-vous au label Finansol pour ces 20 prochaines années ?

Pour la finance solidaire, il est souvent repris cet objectif des 1% de l’épargne des Français pour l’épargne solidaire. Or, dans la France du 21ème siècle, 1 personne sur 7 vit sous le seuil de pauvreté, soit plus de 14%. Ces chiffres, sans les opposer, illustrent l’écart qu’il nous faut encore combler et le nécessaire soutien et risque que les acteurs de la finance solidaire doivent prendre pour permettre aux associations qui luttent contre toute forme d’exclusion d’être le relais de la solidarité sur l’ensemble du territoire.
20 ans, c’est l’âge de l’ambition, tous les possibles sont ouverts et les actes sont guidés par nos espérances, alors que chacun puisse tendre à inverser ces deux chiffres, et que le label Finansol devienne la vigie d’une finance utile, afin que celle-ci ne soit plus qu’un moyen et non plus un but en soi.

 
Les 20 ans du label Finansol ont également cours sur les réseaux sociaux : rendez-vous le 20 septembre sur notre page Facebook pour le nouveau jeu-concours du mois !
 

Laissez un commentaire