#20ansLabelFinansol - 3 questions à Géraldine Lacroix - Caisse des Dépôts

20 ans du label : 3 questions à Géraldine Lacroix, Directrice département économie et cohésion sociale, Caisse des Dépôts

Partenaire de Finansol, la Caisse des Dépôts s’implique depuis plusieurs années dans le développement de la finance solidaire en France. Dans le cadre des 20 ans du Label Finansol, nous avons posé 3 questions à Géraldine Lacroix, Directrice département économie et cohésion sociale à la Caisse des Dépôts.

 

1/ En quoi la mise en place d’un label sur des produits financiers vous semble importante ?

Depuis plusieurs années, la montée en puissance de l’Économie sociale et solidaire est indéniable. Elle répond à cette recherche croissante de sens d’un public toujours plus large ce qui a conduit les pouvoirs publics à voter une loi éponyme en 2014. C’est une véritable reconnaissance. Mais pour aller plus loin et donner les moyens de son développement à ce secteur très atomisé, il est impératif de « vulgariser » l’offre des produits qui financent ce secteur. Du côté de l’épargnant, il y a une demande forte de référentiel crédible pour l’évaluation de l’impact. La finance solidaire peut s’appuyer sur le label Finansol qui est aujourd’hui reconnu, à l’image de la dynamique créée par les labels de produits bio ou équitables.
Nous nous félicitons du partenariat noué de longue date avec Finansol pour le développement d’une ressource d’épargne en pleine cohérence avec nos actions dans l’amorçage, la structuration et le changement d’échelle de l’Économie sociale et solidaire.
 

2/ Quelle vision avez-vous du label Finansol ?

Il est porteur de légitimité forte car il est d’abord un précurseur. Ensuite il assume pleinement son engagement tout en s’appuyant sur des équipes à la forte technicité et rigueur de gestion. Autre point très positif et à garder en tête pour l’avenir : le fait que la liste des placements labellisés ne soit pas « figée » dans le temps. Sa gestion est dynamique et exigeante : il y a labellisation des offres mais aussi « délabellisation » si les critères ne sont plus respectés. Enfin, Finansol remet en cause de façon permanente le périmètre du label et poursuit ses réflexions sur son extension à de nouveaux critères qui permettront d’anticiper les nouvelles formes de financement du secteur. Saluons à cet égard la nouvelle méthodologie de labellisation que l’association a mise en place.
 

3/ Que souhaitez-vous au label Finansol pour ces 20 prochaines années ?

A l’image des abeilles butineuses sans cesse en mouvement, je souhaite qu’il continue d’assumer pleinement son rôle de sentinelle des opportunités de financement solidaires en impliquant dans sa dynamique un nombre croissant d’acteurs et en intégrant dans sa ruche toujours d’avantage de produits.
Qualitativement, Finansol devra prendre en compte l’évolution des réalités de l’ESS et devra contribuer à l’objectif ultime d’accroître fortement le poids de la finance solidaire dans le total de l’épargne. Alors que seulement 0,2% du patrimoine financier des Français est aujourd’hui investi en épargne solidaire, je suis confiante dans la contribution de Finansol pour atteindre dès 2025 l’objectif de 1%.

 
Les 20 ans du label Finansol ont également cours sur les réseaux sociaux : rendez-vous fin juillet sur notre page Facebook pour le nouveau jeu-concours du mois !
 

Laissez un commentaire