4 questions a Emmanuel Gautier - Mirova

20 ans du label : 4 questions à Emmanuel Gautier, responsable de la Gestion Solidaire à Mirova

En ce mois d’avril, Finansol a posé 4 questions à Emmanuel Gautier, responsable de la gestion solidaire à Mirova, pour célébrer les 20 ans du label Finansol.
Filiale dédiée à l’investissement responsable de Natixis Asset Management, Mirova a placé au cœur de sa stratégie la prise en compte des enjeux et défis d’une économie durable dans ces décisions d’investissement.

 

1/ Pour quels motifs Mirova a-t-il régulièrement demandé le label Finansol sur ses différents OPC solidaires et plus spécifiquement sur le FPS Natixis Solidaire ?

Le label Finansol est un élément d’identification et de différenciation fort pour les épargnants. Entre les fonds de placement solidaires, l’impact investing et les fonds responsables, il est parfois difficile pour le non–initié de s’y retrouver. Au-delà de l’agrément solidaire public, le label Finansol garantit à l’épargnant la cohérence et la transparence du placement solidaire par rapport aux critères définis par la loi. Pour Mirova, ce label est synonyme de qualité, de sérieux et de respect des critères de solidarité en particulier pour les fonds de la gamme Insertion Emplois et NATIXIS Solidaire dont on a fêté en 2016 les dix ans de labellisation par Finansol.

 

2/ Le label Finansol impose un taux de solidarité réel de 5% pour chaque OPC solidaire, au-delà des exigences réglementaires de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers). Quel impact cela a-t-il dans la gestion des fonds ?

Cette obligation de taux de solidarité réel de 5% pour chaque OPC dont la poche solidaire est gérée par le FPS Natixis Solidaire a eu un impact fort. En effet, réglementairement, le FPS doit financer 35% minimum d’entreprises solidaires. Pour accompagner le label Finansol, nous avons porté ce minimum à 70%, c’est-à-dire le double du ratio exigé par la loi. Notre objectif est d’aller encore plus loin en portant le taux d’investissement à 80% à court terme, ce qui fixera le taux de solidarité réel à 6% au niveau des FCPE solidaires labellisés par Finansol.

 

3/ En tant que gérant, une entreprise solidaire dont les parts de capital sont labellisées Finansol apporte-t-il un bénéfice supplémentaire dans vos choix d’investissements ? (Si oui, donner un exemple)

Si la plupart des entreprises solidaires offrent une rémunération financière aux investisseurs, leur objectif premier n’est pas de maximiser le rendement financier. Parallèlement, le label Finansol permet de matérialiser un bénéfice supplémentaire associé à la finalité sociale du projet. Il est directement associé à des impacts en termes de création d’emplois ou de logements d’insertion par exemple dans les choix d’investissements. Sous cet angle, le label apparaît comme un juste équilibre entre impact social et viabilité économique. Par exemple, nous finançons Energie Partagée Investissement, une société économiquement viable, acteur de la transition énergétique dont les parts de capital sont labellisées Finansol.

 

4/ Que souhaitez-vous au label Finansol ces 20 prochaines années ?

Nous souhaitons tous avec Finansol un changement d’échelle de la finance solidaire pour qu’advienne une économie plus juste. C’est un long chemin de crête qui implique de garder le même niveau d’exigence, de contrôle et de justesse au niveau du label. Dans cette optique, nous renouvelons notre confiance à Finansol. Ce label pourrait aussi se décliner dans la consommation. Que ce soit pour de l’épargne solidaire ou la consommation solidaire, le citoyen est en effet à la recherche de sens, de cohérence. Relier l’épargne à l’acte de consommer pourrait être un nouvel axe pour le label Finansol pour les 20 prochaines années !

 
Les 20 ans du label Finansol ont également cours sur les réseaux sociaux : rendez-vous le 20 avril sur notre page Facebook pour le nouveau jeu-concours du mois !
 

Laissez un commentaire