novembre 16 2016

[Projet de la semaine] FCMN NIYA s’engage pour l’agroécologie !

L’agriculture peut-elle lutter contre la pauvreté et favoriser les emplois ? C’est tout l’objectif de la Fédération des Coopératives Maraîchères du Niger (FCMN), qui souhaite contribuer à augmenter les revenus des producteurs ruraux et à améliorer le niveau de sécurité alimentaire du Sahel.

 

L’insécurité alimentaire chronique et le chômage : deux problématiques qui affectent tout particulièrement les Nigériens

Les principaux maux qui affligent les populations nigériennes (à plus de 80% rurales) sont l’insécurité alimentaire chronique et le manque d’emploi rémunérateur, particulièrement pour les jeunes. Une solution pourrait cependant émerger avec le maraîchage. En effet, outre sa contribution importante à la lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, c’est une production qui crée de l’emploi en milieu rural et urbain.

Le maraîchage, une solution pour améliorer les conditions de vie des Nigériens

C’est la raison pour laquelle a été constituée la FCMN NIYA – Fédération des Coopératives Maraîchères du Niger. Organisation paysanne à caractère coopératif, elle a pour mission de « soutenir l’émergence d’exploitations horticoles familiales durables concourant à l’amélioration des conditions de vie des membres ».

A travers l’accompagnement à la production et à la commercialisation des filières stratégiques (oignon, pomme de terre, sésame, tomate), elle contribue à améliorer l’accès à l’eau et à la terre, à améliorer l’accès aux conditions de production (accès aux intrants, à la formation et appui conseil) et à offrir une meilleure commercialisation des produits.

Pour sécuriser les économies des producteurs ruraux, la FCMN NIYA estime aussi qu’il faut travailler à renforcer la résilience des membres face aux aléas (catastrophes d’origine naturelle ou anthropique : inondations, sécheresse extrême, variation de prix extrême sur les marchés, etc.). Le plus important pour la fédération étant de gérer de façon rationnelle les ressources des ménages.
Ainsi, en matière de financement de l’exploitation maraîchère, outre les appuis subventionnés de certains de ses partenaires, la FCMN NIYA met de plus en plus l’accent sur le financement via le crédit avec des institutions comme la SIDI, qui permet de développer progressivement la finance solidaire.
Résultats ? Depuis son lancement en 1996, la FNCM a formé plus de 300 producteurs à la production de semences d’oignon.

Sur les trois dernières années, le total des quantités de semences d’oignon vendues à travers la FCMN est passé à 4,5 tonnes, soit environ 25% des quantités totales produites par le réseau de la FCMN.
Et ce n’est pas tout ! La FCMN travaille également au développement d’initiatives agroécologiques auprès de ses membres : production et commercialisation de compost, promotion de l’utilisation des haies vives et des pesticides à base de produits naturels… Ces initiatives agroécologiques contribueront à moyen et long terme à la régénération des sols, au maintien voire à l’augmentation de la biodiversité et à la réduction des conséquences néfastes pour l’environnement et la santé humaine.

 

Découvrez la FCMN NIYA en vidéo :

 

Laissez un commentaire