juillet 05 2016
Frédéric Fourrier, Responsable de l'Observatoire à Finansol

[3 questions à] Frédéric Fourrier, Responsable de l’Observatoire à Finansol

L’Observatoire de la finance solidaire est l’instrument de mesure et d’analyse de Finansol. Il collecte annuellement les données du secteur et produit des indicateurs qui permettent de dresser un panorama complet du secteur de la finance solidaire. Retour sur les actualités de l’Observatoire avec Frédéric Fourrier qui a répondu à nos 3 questions.

 

Quelles nouvelles informations peut-on retrouver dans le Zoom sur la finance solidaire ?

Outre les indicateurs clés du secteur que nous publions tous les ans dans le Zoom sur la finance solidaire, nous avons consolidé de nouvelles données cette année. Tout d’abord, nous avons accordé une place plus importante au label Finansol après un exercice 2015 couronné de succès. L’indicateur qui mesure la part de l’épargne solidaire dans le patrimoine financier des Français a été développé en indiquant la part relative de chaque catégorie de produits. Par ailleurs, nous avons réorganisé le chapitre dédié au financement solidaire en distinguant davantage les indicateurs financiers des réalisations (utilités sociales). La partie consacrée à l’utilité sociale a été enrichie d’un tableau qui mentionne la contribution de la finance solidaire au développement économique des territoires. Enfin, le document comprend désormais une synthèse des différents impacts de la finance solidaire.

Que révèlent les derniers indicateurs publiés dans le Zoom sur la finance solidaire ? 

La finance solidaire a poursuivi sa croissance à un rythme bien plus élevé qu’en 2014. Au 31/12/2015, le nombre de souscription de placements solidaires a dépassé les 1,8 million d’unités. Les encours d’épargne solidaire ont, quant à eux, atteint un niveau record avec près de 8,5 Mds€, en s’appuyant sur la vitalité des différents canaux de distribution, principalement l’épargne salariale et l’épargne bancaire solidaires. Le montant des financements alloué aux différents projets solidaires a progressé de 29,4%, fin 2015, pour s’établir à près de 1,5 Md€. Pour la seule année 2015, le flux de nouveaux financements solidaires permis par l’épargne solidaire s’est élevé à 290,1 M€, en hausse de 21,4% en un an. Ces sommes sont majoritairement orientées vers le financement d’entreprises et d’associations à forte utilité sociale, en France, et vers les investissements de foncières solidaires. En revanche, si les encours d’épargne de partage ont franchi le cap symbolique du milliard d’euros, le montant des dons perçus par les différentes associations bénéficiaires (5,3 M€) a reculé de 12,8% par rapport à 2014 en raison des taux d’intérêt très bas.

La publication dresse un panorama des différentes composantes de la finance solidaire. L’Observatoire approfondit-il certaines thématiques ?

Oui, certains sujets sont développés que ce soit sur les questions liées à l’épargne et au financement solidaire et font l’objet d’études spécifiques, comme ce fut le cas sur les épargnants solidaires.
Nous mettons actuellement à jour l’étude sur les fonds « 90-10 » présentée lors de la dernière assemblée générale de l’association. Celle-ci dévoile les caractéristiques de ces fonds si atypiques, principal véhicule de collecte d’épargne solidaire en France. L’étude met également en lumière l’impact de la Loi de Modernisation de l’Économie du 4/8/2008, qui impose depuis le 1er janvier 2010 à toutes les entreprises de présenter au moins un fonds solidaire dans tous les dispositifs d’épargne salariale, sur les actifs solidaires de ces fonds. Ce document fera l’objet d’une synthèse qui sera publiée à la rentrée prochaine.
L’Observatoire réalise également une étude d’envergure qui vise à dresser un panorama des caractéristiques des différentes offres de financement permises par l’épargne solidaire afin de les confronter aux besoins des associations et entreprises solidaires et ainsi déterminer s’il existe une adéquation entre les outils de financement utilisés et les besoins auxquels ils ont vocation à répondre. Cette étude sera uniquement consacrée au financement d’entreprises solidaires en France. Ces travaux seront finalisés au plus tard début 2017.

Laissez un commentaire